Région des Pays de la Loire
Newsletter Région économie

Lettre d'information de la commission "Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche."

« Le symposium international de la filière veau, une belle occasion de braquer les projecteurs sur les Pays de la Loire »

Cliquez pour agrandirJean-Paul Mériau, éleveur dans les Deux-Sèvres, président de la section Veau d’Interbev Pays de la Loire et responsable de la Cevap (Coopérative des éleveurs de Vendée Anjou Poitou).

Le 6e symposium international de la filière veau s'est tenu les 25 et 26 avril à La Baule. Professionnels issus de la production (éleveurs, vétérinaires, intégrateurs, fournisseurs d’aliments d’allaitement pour les veaux…), de la transformation, de la commercialisation et de la distribution… 450 congressistes originaires de plus de 10 pays (Pays-Bas, Canada, Italie, Belgique, Allemagne Danemark, Allemagne, Suisse, etc…) ont assisté à cet événement qui ne se déroule que tous les cinq ans, et était soutenu cette année par la Région des Pays de la Loire. Trois questions à Jean-Paul Mériau, éleveur et président de la section Veau d’Interbev Pays de la Loire et responsable de la Cevap (Coopérative des éleveurs de Vendée Anjou Poitou) qui regroupe une cinquantaine d’éleveurs.

Comment se porte la filière veau en 2017 ?
Tout d’abord, il faut souligner que la France est le premier pays producteur et le premier pays consommateur de viande de veau dans le Monde. Et que les Pays de la Loire, en assurant 18-20 % de la production nationale, sont la deuxième région française de production. Elle compte environ 420 producteurs pour environ 220 000 veaux produits. La filière vitelline française est extrêmement organisée avec des opérateurs importants qui assurent la production de veau en fonction du marché. En France, à 95 % - un peu moins en Pays de la Loire (85 %) -, les éleveurs sont prestataires de services de groupes industriels de l’abattage ou de la fabrication d’aliments.
Une production extrêmement organisée pour répondre au marché, c’est notre point fort ! C’est ce qui permet aussi de sécuriser l’économie des élevages.
S’agissant de la consommation, elle s’érode comme celle des autres viandes. C’est une tendance sociétale face à laquelle il faut réagir.

Quels sont justement les nouveaux enjeux de la filière ?
Le premier enjeu est le renouvellement des éleveurs. Nous sommes confrontés aujourd’hui à la pyramide des âges : 25% des éleveurs ont plus de 55 ans. Il faut absolument œuvrer pour ce renouvellement.
Le deuxième défi est de répondre aux exigences d’un consommateur de plus en plus divers. Les habitudes de consommation ont en effet beaucoup évolué. Avant, le consommateur ne s’attachait qu’au prix. Aujourd’hui, il veut acheter du bio, du local, du Label rouge, du prix, etc. Le consommateur veut aussi parfois donner du sens à son acte d’achat. Le produit tend à se segmenter de plus en plus pour répondre aux consommateurs pluriels.
Les autres enjeux de la filière sont ceux liés à l’environnement et à la santé, avec notamment la problématique de la résistance aux antibiotiques. Pour y faire face, la filière vitelline a mis en œuvre des chartes de bonnes pratiques dans l’utilisation des médicaments par exemple, chercher des solutions alternatives aux antibiotiques, avec les plantes par exemple. Beaucoup de recherches sont en cours dans ce sens. Mais il nous faut aussi investir dans les infrastructures pour améliorer les conditions d’élevage, développer la formation des éleveurs, l’information des consommateurs… L’opération, organisée par l’interprofession, "Made in viande", du 17 au 21 mai derniers, est un bon exemple. Sur la base du volontariat, tous les maillons de la filière et particulièrement les élevages étaient invités à ouvrir leurs installations au public.

En quoi était-il important d’accueillir sur nos terres ce symposium international ?
Cet événement a permis de braquer les projecteurs sur notre région où se trouve réunie une grande diversité d’acteurs et de productions. C’est aussi, avouons-le, une forme de reconnaissance du travail qu’effectue l’interprofession Veau en Pays de la Loire. La filière veau ligérienne fait partie des premières à s’être structurée pour relayer la stratégie d’INTERVEAU, l’interprofession nationale.  Cela a contribué incontestablement à son dynamisme. Nous avons pu ainsi faire connaître nos spécificités auprès des grandes institutions comme le conseil régional et de bénéficier d’aides telles que récemment dans le cadre du PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) *. Au-delà des grands défis de la filière, la Région va par exemple, dans le cadre de sa nouvelle stratégie agro-alimentaire, nous accompagner sur des actions d’animation dans les points de vente. Nous avons compris que les consommateurs achètent mieux quand un éleveur est présent pour expliquer la production et partager des idées de recettes. Il faut absolument faire de la pédagogie !

Pour en savoir plus :  www.symposium-veau2017.com

* Déclinaison opérationnelle des orientations définies dans la Stratégie agro-alimentaire approuvée par le conseil régional lors de la session budgétaire 2017 en faveur de la modernisation dans les filières d’élevage, ainsi que la mise en pratique des orientations définies dans le Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII) en faveur du développement des filières d’élevage et végétales.

libre expression

Pour en savoir plus sur le point de vue des groupes politiques du Conseil régional :

à votre écoute

    infos pratiques

    Newsletter Région Pays de la Loire

    lettres d’information de la région des pays de la loire

    ( Région Économie

    L'action économique de la Région Pays de la Loire

    Lettre d'information de la commission Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche

    ENTREPRISES

    Lettre d'information de la commission transports, mobilité, infrastructures

    TRANSPORT

    Lettre d'information de la commission emploi, apprentissage, formation professionnelle, insertion

    EMPLOI

    ( région Lettre de la CP

    La lettre de la commission permanente

    Gardez le fil